Une flûte pas comme les autres…

Voilà que ce projet qui m’a pris beaucoup de temps et apporté énormément d’inspiration et satisfaction est en train de s’achever…
Il fait partie d’une nouvelle série de livres pour la jeunesse à personnaliser de l’éditeur Scéalprod pour lequel j’avais illustré Le cochet, le chat et le souriceau. On parle d’une flute, comme l’indique le titre…mais il faut patienter pour la connaitre!
Encore en attente de la date de parution de ce nouveau livre, voici une petite introduction !

Le texte est écrit par Isabelle Collioud-Marichallot

Le jour se lève à peine sur …. Dans son lit, … dort encore profondément. Pas de réveil aujourd’hui, on est dimanche. Quand … ouvre les yeux, une délicieuse odeur de chocolat fondu embaume toute la maison. … trouve sa maman dans la cuisine en train de préparer un gâteau.
– Mmmm, ça sent bon ! s’exclame-t- elle.
(…)”

Ето че проектът, който ми отне много време и донесе безкрайно вдъхновение и удовлетворение, приближава към своята окончателна форма. Той е част от нова серия детско-юнушески книги на издателство Сеалпрод, за което бях илюстровала баснята на Лафонтен Петлето, Котаракът и Мишлето. Става дума за една флейта, но още е рано да япредставим!
В очакване на датата на публикуване, малко въведение на текста в оригинал на френски.

Le crépuscule des dieux § Залезът на боговете

J’ai eu le plaisir de faire quelque illustration pour le spectacle pour enfants de Jean-Félix Milan – Tsemeris « Le crépuscule des Dieux » qui se joue en ce moment.


Ca se passe tous les samedis à 15h jusqu’au 17 mars au Repaire de la Comédie (Lyon)

Voici l’introduction…

Имах удоволствието да създам няколко илюстрации за детския спектакъл на Жан-Феликс Милан – Цемерис, “Залезът на Боговете”, който се играе в този момент. Ето и въведението…

Dans le monde d’Asgard, assis sur son immense trône de pierre, Odin, le chef des dieux guerriers qu’on appelait les Ases, était de mauvaise humeur. Cela faisait maintenant trois ans que l’hiver s’était installé sans que l’été ne le remplace jamais. Ce phénomène l’inquiétait, mais un autre problème l’effrayait plus encore : le loup Fenrir devenait de plus ne plus grand et cruel, à tel point que les dieux n’osaient plus le nourrir. Ils avaient essayé de l’attacher à deux reprises, mais le monstre avait brisé ses liens sans le moindre effort.
Sa femme, Frigg, entra dans la salle du trône. Elle aussi avait l’air inquiète.
« Odin, j’ai de mauvaises nouvelles. Les pommes sacrées ont disparu, et Idunn avec elle. Je crois qu’elle a été kidnappée. »

Texte et mise en scène Jean-Félix Milan Tsemeris tsemerys.fr