Promenade avec Grand-mère

grandmere mer

Dans la demi-obscurité des nuits claires où les étoiles scintillaient comme des yeux de diamant en l’absence de la lune, il croyait saisir les formes de ces êtres fantastiques, les plis de leurs robes, les ondulations de leurs chevelures d’argent. Aux approches du dégel, elles changeaient d’aspect et d’attitude, et il les entendait tomber des branches avec un bruit frais et léger, comme si, en touchant la nappe neigeuse du sol, elles eussent pris un souple élan pour s’envoler ailleurs.

dans « Le Chene parlant »

Contes d’une grand’mère

George Sand

2 réflexions sur “Promenade avec Grand-mère

  1. В твоята тоналност и с присъщата нежност на очертанията, си постигнала толкова добър ефект, несъмнено прекрасен фон за историята, та даже и незапознатия с текста ще прозре, че иде реч за някакъв приказен свят. И го провокираш да опознае този свят на Жорж Санд.

    1. Дано! И аз го открих сега, защото не знаех, че Жорж Санд е писала приказки за внуците си..

à vous:

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s