Pippilotta § Пипи Дългото чорапче § Pippi Calzelunghe

“My name is Pippilotta Delicatessa Window- shade Mackrehnint Efraim’s Daughter Longstocking, daughter of Captain Efraim Longstocking, formerly the Terror of the Sea, now a cannibal king. Pippi is really only a nickname, because Papa thought that Pippilotta was too long to say.
“Indeed!” said the teacher. “Well, then we shall call you Pippi too. But now,” she continued, “suppose we test you a little and see what you know. You are a big girl and no doubt know a great deal already. Let us begin with arithmetic.
Pippi, can you tell me what seven and five are?”
Pippi, astonished and dismayed, looked at her and said, “Well, if you don’t know that yourself, you needn’t think I’m going to tell you.”

Името ми е Пипилота Виктуалия Транспаранта Ментолка Ефраимова Дългото чорапче, дъщеря на капитан Ефраим Дългия чорап, някога страшилище на моретата, а понастоящем негърски крал. Всъщност Пипи е галеното ми име, защото татко смяташе, че Пипилота е много дълго.
– Добре – каза учителката, – тогава и ние ще те наричаме Пипи.
Хайде сега да проверя малко твоите знания. Ти си голямо момиче и сигурно знаеш много неща. Да започнем със смятане. Е, Пипи, можеш ли да ми кажеш колко прави седем и пет?
– Хм, като не знаеш, да не мислиш, че смятам да ти го кажа.

— Mi chiamo Pippilotta Pesanella Tapparella Succiamenta, figlia del Capitano Efraim Calzelunghe, prima terrore dei mari, ora re dei negri. Pippi non è che il mio diminutivo, perché papà trovava Pippilotta troppo lungo.
— Bene, — disse la maestra — anche noi ti chiameremo semplicemente Pippi. Cominciamo intanto a esaminarti un po’ per vedere che cosa sai: sei ormai una bimba grande, e certo hai già una quantità di cognizioni. Iniziamo magari con l’aritmetica: dunque, Pippi, sai dirmi quanto fa 7 più 5?
Pippi la guardò, un po’ stupita e un po’ corrucciata. Poi disse:
— Beh, senti, se non lo sai da te, non aspettarti che te lo venga a raccontare io!

Astrid Lindgren

The Little Mermaid § Малката русалка

She saw her sisters rising out of the flood: they were as pale as herself; but their long beautiful hair waved no more in the wind, and had been cut off.

“We have given our hair to the witch,” said they, “to obtain help for you, that you may not die to-night. She has given us a knife: here it is, see it is very sharp. Before the sun rises you must plunge it into the heart of the prince; when the warm blood falls upon your feet they will grow together again, and form into a fish’s tail, and you will be once more a mermaid, and return to us to live out your three hundred years before you die and change into the salt sea foam.

The little mermaid, Hans Christian Andersen

Ала изведнъж из дълбините на морето изскочиха нейните сестри. Те бяха също тъй бледни като нея. Дългите им прекрасни коси не се развяваха вече от вятъра — те бяха отрязани.           
  — Ние ги дадохме на магьосницата, за да те спасим и да не те оставим да умреш тая нощ. А тя ни даде ето тоя нож. Виж колко е остър! Преди да изгрее слънцето, ти трябва да го забиеш в сърцето на княза и когато неговата топла кръв опръска твоите крака, те отново ще станат рибя опашка и ти ще се превърнеш пак в русалка, ще слезеш при нас на дъното на морето и ще изживееш твоите триста години, преди да станеш мъртва солена пяна върху морската повърхност.

Малката русалка, Ханс Кристиан Андерсен

Back to Christie’s. The Hollow § Завръщане при Кристи. Имението Холоу

Poirot took a quick step forwards.
“You should not do that. Mademoiselle–“
The young woman started nervously at the sound of his voice. The revolver slipped through her fingers. She was standing by the edge of the pool and the revolver fell with a splash into the water.

Her mouth opened and she uttered an “Oh” of consternation, turning her head to look at Poirot apologetically.
“What a fool I am,” she said. “I’m sorry.”

The Hollow by Agatha Christie

Les aventures d’Arielle et Arlow. Les griffons § Tome II § Приключенията на Ариел и Арлоу. Том II

(…) depuis des semaines, le royaume de Kattelo connait de grands ennuis. Le messager explique au roi, à la reine ainsi qu’aux valeureux chevaliers Arielle et Arlow que le royaume a subi trois attaques terribles d’un effrayant dragon. Il y a eu de nombreux blessés, les maisons ont brûlé à cause des flammes crachées par le dragon. Le roi et la reine de Kattelo sont désespérés. Ils viennent donc chercher le soutien de leurs alliés de Buglu.

« Et si il ne nous a pas attaqués hier dans la grotte, ajoute Arlow, c’est sans doute qu’il pense qu’on peut l’aider ! Mais oui bien sûr ! Tu as raison Arlow ! s’exclame Arielle. Le griffon pense certainement qu’on peut l’aider à retrouver sa famille. Il a dû entendre parler de nos aventures et de nos pouvoirs magiques. Je vais encore essayer de communiquer avec lui. »

Les aventures d’Arielle et Arlow. Tome 2. L’attaque du dragon
Audrey Heine

Les aventures d’Arielle et Arlow. Work in progress § Приключенията на Ариел и Арлоу.

Et voici une petite introduction à ce projet sur lequel je suis très excitée de travailler, en espérant de rester à la hauteur du défi. Merci à Audrey pour ces aventures magiques !

Tome I Les plumes de l’oiseau d’Argent

(…) Arielle et Arlow sont deux jeunes gens courageux, qui ont pour mission de protéger le royaume. Ils se connaissent depuis qu’ils sont enfants, ils ont grandi ensemble et se ressemblent comme des jumeaux. Ils sont élancés et bruns comme du pain d’épice. Leurs yeux noisette sont malicieux et pétillants. Leurs cheveux courts sont balayés par le vent quand ils vont au grand galop sur leur monture. Ils n’ont peur de rien ni de personne et ils ont des pouvoirs incroyables !

Arielle est capable de communiquer avec les arbres et elle parle le langage des animaux. Elle connait tous les sentiers du royaume. Elle s’oriente grâce au soleil et ne se perd jamais même dans les forêts les plus sombres. C’est aussi une combattante hors pair, elle manie l’épée et l’arc à flèche avec beaucoup d’habilité et aucun adversaire ne lui résiste.

Arlow est très agile, il court aussi vite que les rayons de la lumière, bondit d’un rocher à l’autre avec l’aisance d’un chevreuil. Il est capable de grimper sur les ailes d’un oiseau en plein vol. Il a aussi une magie très spéciale dans les mains, grâce à la douce chaleur de ces paumes, il peut soigner les animaux, les plantes et les humains blessés.

A eux deux, ils forment une équipe de fantastiques aventuriers. (…)

И ето малко въведение към този проект, по който съм много развълнуванa да работя, надявайки се да бъда на висотата на предизвикателството. Благодаря на Одри за тези вълшебни приключения!

Un cadeau magnifique de 2020

Aujourd’hui, le dernier jour de l’année 2020 j’ai reçu un cadeau magnifique.

Si vous lisez de temps en temps les articles de ce blog vous vous souviendrez peut être des contes de Languedoc-Roussillon de Jean-Claude Rodella que sa fille m’avait demandé d’illustrer.

Elle m’a envoyé le livre fini. Je suis très touchée et sincèrement ravie de voir ce qu’elle a fait, mes dessins dans ce bel objet, un souvenir de son père.

Voici quelque page… Merci Clarisse !

§§§

Днес, последният ден на 2020 г., получих прекрасен подарък. Ако от време на време четете статиите в този блог, може би си спомняте някои приказки от Лангедок-Русийон от Жан-Клод Родела, които дъщеря му ме помоли да илюстрирам. Тя ми изпрати готовата книга. Много съм трогната и искрено щастлива да видя как тя е подредила моите рисунки в този красив предмет, спомен за баща й. Ето няколко страници … Благодаря много Кларис!

Joyeux Noel!

Said the night wind to the little lamb:
“Do you see what I see?
Way up in the sky, little lamb
Do you see what I see?
A star, a star, dancing in the night
With a tail as big as a kite
With a tail as big as a kite”

Said the little lamb to the shepherd boy:
“Do you hear what I hear?
Ringing through the sky, shepherd boy
Do you hear what I hear?
A song, a song, high above the trees
With a voice as big as the sea
With a voice as big as the sea”

Said the shepherd boy to the mighty king:
“Do you know what I know?
In your palace warm, mighty king
Do you know what I know?
A Child, a Child shivers in the cold
Let us bring Him silver and gold
Let us bring Him silver and gold”

Said the king to the people everywhere:
“Listen to what I say!
Pray for peace, people everywhere!
Listen to what I say!
The Child, the Child, sleeping in the night
He will bring us goodness and light
He will bring us goodness and light”

Contes sardes § Приказки от Сардиния

Voilà que le projet des contes sardes est déjà terminé ! Merci à Martine de m’avoir confié ce travail, ça a été un vrai plaisir !

Ето, че проектът „Приказки от Сардения“ е завършен! Много благодаря на Мартин, че ми го повери, беше едно прекрасно приключение!

A l’école des Princes et Princesses publié! § В училището за принцове и принцеси публикувана!

Et voilà que le fruit de notre tandem avec Isabelle est déjà disponible sur le site de Scéalprod !!!

« Le/a petit/e prince/sse se rend à l’école de princes et princesses où une surprise l’attend. Pour le/la récompenser de sa bonne conduite son maitre l’invite à visiter l’Ecurie Princière. (…) »

Et là l’aventure commence !

https://www.scealprod.com/produit/a-ecole-des-princes-et-princesses/

Voici quelques-uns des filles et garçons qui peuvent être héros dans ce livre :

Bientot publié!

Je suis très heureuse d’être sur la dernière ligne droite aux cotes de Scéalprod et Isabelle Collioud pour ce nouveau projet qui verra donc le jour bientôt. Il s’agite, cette fois-ci aussi, d’un livre personnalisable pour les petits lecteurs qui peuvent se reconnaitre dans le personnage principal. Ce prince ou cette princesse pourra s’aventurer et faire des drôles connaissances pendant la lecture du texte d’Isabelle Collioud. L’auteure, avec toujours beaucoup d’inspiration et imagination a écrit une histoire qui mérite d’être lue pas petits et parents. Vous pouvez visiter son site et connaitre mieux son travail ici.

Et voici quelques images.

Tout commence lors d’une visite à l’écurie de l’école des princes et princesses…

Une flûte pas comme les autres publié!

Et voici que « Une flûte pas comme les autres » avec le texte fascinant d’Isabelle Collioud et mes illustrations est disponible !

Ce qui est magnifique et très inhabituel pour ce livre est qu’il est unique, à chaque fois personnalisé spécialement pour son/sa petit/e lecteur/trice ! Le personnage principal porte le prénom et l’apparence de celui à qui le livre est destiné et celui que l’offre peut inclure son nom, une dédicace, photo de lui et de l’enfant. Mais même si c’était un livre « comme les autres » il aurait été précieux par son histoire magique et pleine d’humeur. Il est à commander sur le site de Scéalprod ici!

J’avais déjà publié l’introduction du livre et j’ajoute ici un deuxième extrait.   

« Quel bazar là-dedans ! » se dit le(a) petit(e) garçon/fille en fouillant. Au bout de quelques secondes, la flûte apparaît enfin, couverte de poussière. Même en soufflant, celle-ci ne veut pas se soulever… Prénom frotte donc l’instrument entre ses doigts. La flûte est très jolie, elle est ornée de belles décorations. Incroyable ! Soudain, une curieuse mélodie s’échappe de la flûte. Surpris(e), le(a) petit(e) garçon/fillelaisse tomber l’instrument au sol.

Le crépuscule des dieux § Залезът на боговете Episode III

Dans le dernier épisode un aigle a mangé tout le repas de Thor et Loki. Alors ils rencontrent une vieille femme et lui demandent de leur servir un repas en échange de la peau de loutre que Loki a chassé. La femme accepte. A leur surprise elle revient en sourcière et leur révèle que son fils a été la loutre tuée par Loki. Loki se retrouve immobilisé et la sourcière le libèrera seulement si Thor lui apporte tout l’or nécessaire pour couvrir le corps de son fils.
A la recherche d’une telle quantité d’or Thor va dans le royaume des Nains. Ici Brokk, son fidèle ami et aussi le créateur du marteau magique de Thor. Malheureusement il ne pourra pas lui fabriquer un autre suffisamment rapidement. En revanche, il lui propose sa nouvelle création : un ruban de soie fait avec les matériaux les plus rares du monde : le bruit des pas d’un chat, des tendons d’ours, de la salive d’oiseau, du souffle de poisson, des racines de montagne et de la barbe de femme. Son pouvoir est d’etre indestructible. Brokk dit aussi à Thor qu’il pourra trouver tout l’or que lui faut dans la caverne du dragon Fafnir. Avec une épée prêtée par son ami, Thor part à la recherche de la caverne.  

“L’entrée de la grotte était jonchée de petits galets blancs. Mais en s’approchant, il se rendit compte que les cailloux étaient en réalité des crânes humains. Thor se dissimula dans une crevasse rocheuse près de la rivière et attendit pendant plus de deux heures. Lorsque le dragon passa devant lui, il lui paraissait encore plus grand que ce que le dieu avait imaginé. Il était couvert d’écailles rouges comme le sang. De puissants muscles ondulaient sous la peau rugueuse et ses naseaux crachaient des fumées empoissonnées. Quand le monstre traina son long corps au-dessus de la crevasse, Thor planta son épée directement dans son abdomen qui était la seule partie de son corps à ne pas être recouverte d’écailles. Le dragon poussa un hurlement terrifiant, puis il s’écroula dans l’herbe, mort. Après quoi, Thor alla dans la caverne et ramassa le trésor de Fafnir pour l’apporter à la sorcière qui retenait toujours Loki.”

Une flûte pas comme les autres…

Voilà que ce projet qui m’a pris beaucoup de temps et apporté énormément d’inspiration et satisfaction est en train de s’achever…
Il fait partie d’une nouvelle série de livres pour la jeunesse à personnaliser de l’éditeur Scéalprod pour lequel j’avais illustré Le cochet, le chat et le souriceau. On parle d’une flute, comme l’indique le titre…mais il faut patienter pour la connaitre!
Encore en attente de la date de parution de ce nouveau livre, voici une petite introduction !

Le texte est écrit par Isabelle Collioud-Marichallot

Le jour se lève à peine sur …. Dans son lit, … dort encore profondément. Pas de réveil aujourd’hui, on est dimanche. Quand … ouvre les yeux, une délicieuse odeur de chocolat fondu embaume toute la maison. … trouve sa maman dans la cuisine en train de préparer un gâteau.
– Mmmm, ça sent bon ! s’exclame-t- elle.
(…)”

Ето че проектът, който ми отне много време и донесе безкрайно вдъхновение и удовлетворение, приближава към своята окончателна форма. Той е част от нова серия детско-юнушески книги на издателство Сеалпрод, за което бях илюстровала баснята на Лафонтен Петлето, Котаракът и Мишлето. Става дума за една флейта, но още е рано да япредставим!
В очакване на датата на публикуване, малко въведение на текста в оригинал на френски.

Le crépuscule des dieux § Залезът на боговете Episode II

Dans l’épisode précèdent Odin, le chef des dieux guerriers et sa femme Frigg discutent des deux mauvaises nouvelles : le loup Fenrir devient de plus en plus grand et cruel, à tel point que les dieux n’osaient plus le nourrir, et les pommes sacrées Idunn ont disparu.
Ainsi, Odin envoie son fils Thor à mèner l’enquête dans le Midgard.

Thor pense que Loki est coupable de la disparition et va a sa recherche.
Lors de son voyage Thor s’arrête pour diner et se reposer chez Roskva. Le matin son marteau magique est disparu. Il découvre aussi qu’un de ses deux boucs boite.  Ces boucs l’accompagnent partout et leur secret est qu’ils peuvent servir à Thor pour nourriture et chaque fois que ceci arrive, il peut leur redonner vie si tous leur os sont intacts. Mais quand Roskva les a préparés la nuit précédente elle a cassé accidentellement un os. Il doit continuer son voyage sans marteau et avec son bouc qui boite.
Il troue Loki dans la foret. Ce dernier est en train de chasser de poisson pour se procurer le repas. Lors que Thor explique à Loki ce qu’est arrivé le saumon est beaucoup de temps sur le feu mais ne cuit pas. Loki nie toute participation à l’enlèvement de Idunn et les pommes.

“Je ne comprends pas, marmonna-t-il. Ce poisson devrait être cuit depuis longtemps…
– Qu’est-ce que tu me chantes encore ? s’emporta Thor.
– Je te jure que ce n’est pas une de mes farces. Je n’y suis pour rien. »
Aussitôt, on entendit un grand battement d’ailes au-dessus d’eux. Un aigle était posé sur la branche d’un arbre et les fixait d’un oeil malicieux.
« Bonjour messieurs ! s’exclama-t-il. Loki a raison, c’est moi le responsable.
– Oiseau de malheur ! cria Thor. Comment oses-tu m’empêcher de dîner ?!
– Vas-y Thor, s’écria Loki. Assomme-le avec ton marteau ! »
Et Thor se retourna vers lui, bien embêté.
« Eh ben… bégaya-t-il. C’est-à-dire que… On me l’a volé.
– On a volé Mjöllnir ?
– Je vous propose un marché, dit l’aigle. Si vous me donnez la première bouchée de votre repas, alors je briserai mon sortilège et le saumon pourra cuire. Qu’en dîtes-vous ?
– Moi, je ne lui fais pas confiance à ce piaf. » murmura Loki. Mais Thor avait trop faim, et il accepta. L’oiseau prononça une étrange formule magique et les dieux constatèrent que le saumon cuisait normalement. Pour tenir sa parole, Thor donna le poisson à l’aigle pour qu’il ait la première bouchée… mais l’animal engloutit tout le saumon d’un seul coup, et n’en rendit que la carcasse.
« Tu t’es bien moqué de nous ! s’écria Thor. Viens par-là, gouter de mon poing ! »”

Le crépuscule des dieux § Залезът на боговете

J’ai eu le plaisir de faire quelque illustration pour le spectacle pour enfants de Jean-Félix Milan – Tsemeris « Le crépuscule des Dieux » qui se joue en ce moment.


Ca se passe tous les samedis à 15h jusqu’au 17 mars au Repaire de la Comédie (Lyon)

Voici l’introduction…

Имах удоволствието да създам няколко илюстрации за детския спектакъл на Жан-Феликс Милан – Цемерис, “Залезът на Боговете”, който се играе в този момент. Ето и въведението…

Dans le monde d’Asgard, assis sur son immense trône de pierre, Odin, le chef des dieux guerriers qu’on appelait les Ases, était de mauvaise humeur. Cela faisait maintenant trois ans que l’hiver s’était installé sans que l’été ne le remplace jamais. Ce phénomène l’inquiétait, mais un autre problème l’effrayait plus encore : le loup Fenrir devenait de plus ne plus grand et cruel, à tel point que les dieux n’osaient plus le nourrir. Ils avaient essayé de l’attacher à deux reprises, mais le monstre avait brisé ses liens sans le moindre effort.
Sa femme, Frigg, entra dans la salle du trône. Elle aussi avait l’air inquiète.
« Odin, j’ai de mauvaises nouvelles. Les pommes sacrées ont disparu, et Idunn avec elle. Je crois qu’elle a été kidnappée. »

Texte et mise en scène Jean-Félix Milan Tsemeris tsemerys.fr

Contes de Languedoc-Roussillon. Le berger Jean de las cabras

Il était une fois un vieux berger qui possédait un grand troupeau de chèvres et de moutons dans un petit village aux maisons de tuiles rouges. Il faisait paître son troupeau dans les vertes plaines qui entouraient le village et dont les herbages avaient un goût de sel car le village était très proche de la Grande Bleue.

Jean, était un vieux monsieur plein d’expérience et qui vivait avec ses moutons dans une grande bergerie aux confins du village. C’était un homme très pieux qui aimait à chanter de cantiques en l’honneur de Dieu, le soir à ses brebis dans la bergerie. Peut être pensait-il les protéger car il était lui aussi « le bon pasteur de son troupeau » !

Il était parfois accompagné par Jacques  un petit enfant de la famille qui l’aidait à garder son grand troupeau avec ses deux chiens Trompette et Clairon  .L’été lorsque le soleil brûlait les plaines et les champs, il avait l’habitude d’effectuer une transhumance avec son troupeau vers les montagnes pyrénéennes toutes  proches. Ce séjour montagnard était très bénéfique pour ses bêtes car pendant quelques mois elles ne mangeaient que de la bonne herbe grasse et verte car en altitude la température était plus clémente et surtout plus fraîche. A la fin de l’été, il redescendait de ses montagnes  pour passer l’hiver plus chaudement dans son village du midi tout encore brûlant des mois d’été. Il arrivait à la fin des vendanges des vignes si bien qu’il flottait dans l’air des effluves de raisins écrasés, donnant une ambiance de fête dans toute la région. Les vignes étant vendangées, les bergers étaient autorisés à pénétrer dans le vignoble afin que le troupeau puisse se délecter des dernières grappes de bon raisin laissés à la vendange parce qu’elles n’étaient pas encore assez mûres pour en faire du bon vin.

Tout allait ainsi très bien pour Jean de la Cabras il aimait ses bêtes par dessus tout, il les soignait, il aidait les brebis à mettre bas et veillait à la bonne santé de ses moutons et chèvres. Il traire ses chèvres pour boire le bon lait sucré et parfumé par les raisins ou au goût d’herbes salées, il faisait aussi de bons fromages qu’il vendait au marché du village.

Un jour qu’il était dans ses montagnes pyrénéennes, le troupeau paissant librement en altitude sous la garde de trompette et clairon ,on entendit des aboiements furieux et une galopade gigantesque dans toute la montagne.

Jean de las Cabras se précipita pour voir ce qu’il s’était passé et il vit avec horreur deux brebis égorgées au milieu d’un près d’herbe bien verte.

Il comprit tout de suite ce qu’il s’était passé !on lui avait raconté qu’un énorme loup, venu d’on ne sais où, probablement des forêts espagnoles, rodait dans les parages. Cependant comme Jean venait tous les ans dans les parages il n’y avait pas prêté attention. Il se dit furieux que cela n’arrivera plus. Je vais enfermer mes brebis dans le parc la nuit sous la garde de mes deux chiens fidèles. Ainsi fut fait et pendant quelques semaines plus de problème !plus de loup celui-ci avait dû partir ailleurs. Jean décida de relâcher ses brebis dans la montagne, en liberté, afin qu’elles profitent de la bonne herbe bien apétissante. Des jours passérent tranquillement sous un climat très doux on arrivait à la fin de l’été.

Un matin cependant mauvaise nouvelle, Jean accourt et trouve à nouveau deux moutons égorgés ! « Ah ! ca suffit maintenant » dit-il je vais régler le problème moi-même. Il décida de tendre un piège au loup. Il creusa une grande fosse, grande comme son chalet de montagne appuyé à une paroi rocheuse. Il recouvrit sa fosse de branchages et d’herbe afin de cacher cette fosse, on ne voyait pas la différence avec le sol naturel !

Il attacha à un piquet sa plus belle biquette afin qu’elle serve d’appât au loup. La pauvrette, toute seule, attachée à son piquet pleurait et bêlait sur sa corde pour tenter de s’échapper mais n’y parvenait pas. Elle cria tant qu’elle finit par attirer le loup tout heureux de cette aubaine, de croquer enfin une belle biquette!

Le voilà avançant en catimini vers sa proie qui pleurait de plus belle sentant le danger qui la menaçait. Le loup énorme, la gueule ouverte, les dents saillantes, les canines proéminentes, la langue pendante et les yeux de braise, se tassa sur lui-même prêt à bondir.

Soudain, il jaillit d’un bon gigantesque, s’envola vers la chevrette mais au moment d’atterrir à côté d’elle pour la dévorer, le sol lui manqua, et sous son poids les branchages cédèrent et le loup traversa le sol pour se retrouver quelques mètres plus bas au fond de la fosse. Il a essayé vainement de grimper pour ressortir du piège mais les parois verticales ne lui permettaient pas de planter ses énormes griffes dans le roc.
Il se fatigua ainsi jusqu’au matin et la pauvre chevrette qui c’était évanouie de peur reprenait petit à petit ses esprits. Le jour s’était levé quand Jean vins voir si son piège avait fonctionné, et quelle ne fut pas sa joie de voir le loup au fond du trou ! Je lui dis : « tu vois, tu te croyais malin ! eh bien te voilà bien puni et tu vas rester là pour purger ta peine ! »
Le loup furieux avait bien voulu attaquer les gens mais il était unpuissant.

Jean décida d’humilier cette assassin de brebis afin de lui donner une bonne leçon. Il fit défiler les brebis et les chèvres toute la journée pendant le reste de son séjour à la montagne au bord de la fosse.

Les brebis se moquaient « ´bé ´bé l’idiot’ béééé’ tu es bien malin dans le trou ´bé ». Le loup affamé s’afaiblissait et devenait triste d’être moqué de la sorte par les brebis. Jean venait tous les jours le soir et lui faisait la leçon lui demandant s’il n’avait pas honte de s’attaquer à ses pauvres brebis sans défense ! Trompette et Clairon le menaçaient de lui arracher la peau s’il ressortait du trou !
À la fin de l’estive, le loup complètement abattu demanda grâce à Jean et s’excusa auprès du troupeau d’avoir été un méchant prédateur et prétextant qu’il avait très faim et que lui aussi avait une famille à nourrir.

Jean, après avoir concerté ses chiens et son troupeau, décida de faire grâce au loup. Après lui avoir fait une dernière fois la leçon en le menaçant d’être moins clément la prochaine fois, il descendait une échelle dans la fosse pour permettre au loup de sortir.


Une fois dehors, accompagné par Jean et ses chiens, il fut condamné à traverser tout le troupeau, tout penaud qui se moquait de lui. Le loup s’enfonça dans la forêt et l’on entendit plus parler de lui. Tout maigre, il était certainement retourné en Espagne où il a dû raconter sa mésaventure car on ne revit plus aucun loup dans la région. Jean rentra chez lui avec son troupeau et tout le monde fut très heureux de retrouver la bergerie bien chaude pour l’hiver qui se profilait.


Tric trac mon count es acabat.

de Jean-Claude Rodella

Mia, l’enfant d’Afrique

couverture Mia l'enfant d'Afrique

Le livre “Mia, l’enfant d’Afrique” sera publié le 4 décembre et peut être déjà commandé sur le site des éditions A la Fabrique ! Il est écrit en police opendyslexia et vous pouvez l’acheter ici: https://www.alafabrique-editions-handicap.com/mia-l-enfant-d-afrique.html.
Cette petite maison d’édition grenobloise fait un travail remarquable pour publier des ouvrages dédiés aux personnes autrement capables, mais tout lecteur serait ravi à plonger dans ces textes !
Le livre a été écrit par Guylaine Reynaud avec beaucoup de fantaisie et tendresse et j’ai passé des très beaux moments à travailler avec elle et avec l’éditrice Françoise Ayzac sur ce projet. Découvrez-le !

resumé Mia l'enfant d'Afrique